mercredi 30 septembre 2009

Emission Bulle de Rêves, samedi 3 oct. à 17h

Bulle de rêves l'émission 100% cinéma d'animation fait sa rentrée le samedi 3 octobre (17h-19h) en parlant bien évidemment de l'événement du mois: la Fête du cinéma d'animation.
Seront présents en studio: Juliette Crochu la coordinatrice de la Fête, Anne Bargain du Réseau Cinémas Indépendants Parisiens et Olivier Catherin, ancien coordinateur de la manifestation.
On parlera donc de la fête sous toutes ses coutures, de ce qu'il ne faut surtout pas louper, des séances exceptionnelles, des invités ... enfin de presque tout ce que vous devez savoir. On en profitera aussi un peu pour parler de la production d'animation en France puisque se tiendra pendant la fête les états des lieux de la production organisée par l'Afca et qui se tiendra au Forum des images.

Bulle de rêves, émission animée par Alexis Hunot, c'est sur Radio Libertaire à écouter en ligne ici: http://rl.federation-anarchiste.org/sommaire.php3 ou 89.4 FM. Et pour ceux qui ne pourraient pas l'écouter en direct l'émission sera disponible ici.

mardi 29 septembre 2009

Programme de la Fête en ligne!

Une première partie de la programmation la 8e Fête est désormais en ligne sur le site de l'Afca. Retrouvez la ici : Programme par région
Bientôt la version complète sur le site et sur ce blog!

mercredi 23 septembre 2009

Hommage à Emile Reynaud

En 2002, l’Association internationale du film d’animation (Asifa) alors présidée par le réalisateur portuguais Abi Feijo lance la Journée mondiale du film d'animation. L'idée est simple : promouvoir le film d’animation à travers une multitude d’événements au même moment partout dans le monde pour rendre ses lettres de noblesse à cet art longtemps mésestimé et en plein développement.
La date symboliquement choisie fut celle du 28 octobre, qui vit à Paris, au Musée Grévin, en 1892, la première projection publique de dessins animés par son inventeur Émile Reynaud (1944-1918).
Profitons de l’occasion pour apporter quelques éclairages historiques sur ce pionnier du cinéma d'animation.

Une genèse originale
Au 19e siècle, après l’invention des lanternes magiques, de nombreux scientifiques se lancent le défi de mettre les images en mouvement. En résultent des jouets optiques variés comme le thaumatrope (1820 – disque de carton dessiné sur chaque face et relié à deux bouts de ficelles que l’on fait tourner rapidement, jouant ainsi sur la persistance rétinienne), le phénakistiscope (1832 – utilisation d’un disque percé de fentes qui permet de répéter indéfiniment à chaque tour de disque un dessin animé), le zootrope (1834 – cylindre percé de fentes permettant à plusieurs personnes d’assister à la synthèse d’un mouvement animé phase par phase sur une longue bande de papier) et une dizaine d’autres inventions entre 1849 et 1870, avant qu’Emile Reynaud n’invente le praxinoscope en 1876.

Né en 1944, Emile Reynaud était à la fois un ingénieur diplômé en mécanique de précision, artiste, photographe et professeur de sciences. Et il fut aussi assistant en projections lumineuses auprès de l'Abbé Moigno. C’est au Puy-en-Velay qu’en avril 1876, en suivant les instructions d'un article dans la revue scientifique Nature qu'il met au point son premier jouet d’optique: il fabrique un phénakistiscope mais jugeant peu pratique l’emploi du miroir extérieur, il installe sur l’axe principal une boîte à biscuits ronde, en métal brillant.

Le praxinoscope, un jouet qui tourne en boucle
Le praxinoscope a la particularité de restituer le mouvement dessiné avec une qualité incomparable à l’époque. Au lieu de voir une douzaine de dessins s’animer d’un même mouvement, la couronne de miroirs isole pour l’observateur une seule figure.
Emile Reynaud constate que ce manège fonctionne sans avoir besoin de percer des fentes, éléments indispensables du zootrope et du phénakistiscope. L’observation directe sur des miroirs collés sur la paroi extérieure de la boîte rend les images à la fois plus nettes et plus lumineuses.
L’invention est présentée à l’Exposition universelle de 1878 à Paris et remporte un succès commercial. Mais Emile Reynaud est un homme de spectacle et il cherche à transformer son invention en théâtre miniature (Praxinoscope théâtre, 1879) puis en appareil de projection sur un écran (Praxinoscope à projection, 1880).

Du jouet optique au spectacle d’écran
En 1888, il dépose le brevet de son Théâtre optique. Pour faire sortir l’animation du cycle sans fin, et ainsi, pouvoir raconter des histoires, Reynaud trouve un système pour augmenter indéfiniment le nombre d’images. Il utilise pour cela une bande souple perforée s’enroulant sur des bobines solidaires de la couronne de miroirs grâce à des « boutons » venant s’enfoncer dans ses perforations. Et « par un ingénieux système d’objectifs et de miroirs, les images passant devant une source lumineuse intense sont tour à tour projetées sur un écran translucide derrière lequel prend place le public. » (1) Ainsi, il projette de véritables petits dessins animés appelés pantomines lumineuses, dès le 28 oct. 1892.
« Jusqu’en mars 1900, plus de 500 000 personnes assistent à ces projections. Le dessin animé était né [mais] il ne deviendra cinématographique qu’avec Emile Cohl en 1908. » (2)
Ainsi, grâce à Emile Reynaud, les prémices de l'animation sont entrées dans le domaine du spectacle sur écran.

« Après l’arrivée du Cinématographe des frères Lumière en 1895, la fin des projections au Musée Grévin et le déclin de son entreprise de fabrication de praxinoscopes, Émile Reynaud se lance dans la conception de sa dernière invention, le Stéréo Cinéma (1907) mais sans parvenir à son objectif : la projection animée en relief. Il est alors contraint de renoncer à ses travaux, revend une partie de son matériel et détruit son Théâtre optique, avant de jeter dans la Seine une grande partie de sa production. Seules échappent à la noyade les deux pantomimes Pauvre Pierrot et Autour d'une Cabine.»(2)

Petite anecdote pour finir
En décembre 1877, Emile Reynaud regagne Paris pour s’installer au 58 de la rue Rodier, dans le 9ème arrondissement où il se consacre à l’assemblage et à la commercialisation de ses praxinoscopes. Et coincidence, les locaux de l'Afca sont situés au 53 bis de la rue Rodier...

Pour plus d'informations sur la vie, les inventions et les hommages rendus à Emile Reynaud allez surfer sur le site www.emilereynaud.fr, édité par l'association Les Amis d'Emile Reynaud qui oeuvre pour défendre, promouvoir et inventorier le patrimoine et l'œuvre de l'inventeur. Un certain nombre d'événements sont prévus au cours du dernier trimestre 2009, notamment à la Cinémathèque française.



(1) - Lumière et mouvement. Les origines du cinéma, publication d'une présentation des collections du CICA/Château Musée d’Annecy, p.22-25, mai 1989
(2) - D'après la biographie d'E.Reynaud publiée sur www.emilereynaud.fr

mercredi 16 septembre 2009

Focus sur les coordinations régionales

Une dizaine de coordinations régionales de différents types se mobilisent pour développer chaque année la Fête du cinéma d'animation en région : association, pôle image, réseau de salles de cinémas... En fonction de leurs ressources et réseaux de connaissances locales, elles mènent sur le terrain un travail de promotion du cinéma d'animation.
Focus sur ces organisateurs dynamiques, impliqués et indispensables...


Coup de projecteur sur l'Utopie Centre Image!

Nicolas Delprat, responsable du secteur cinéma à L'UTOPIE, a accepté de répondre à quelques questions pour nous présenter l'action de la coordination régionale de l'Aquitaine.


Pouvez-vous nous présenter votre structure en quelques mots (et images) ?
« L’UTOPIE centre image a été créé en 2003 par l’Association Art-Ciné et la Maison des Jeunes et de la Culture de Sainte Livrade sur Lot. Le centre image travaille toute l’année autour de l’éducation à l’image en direction du jeune public (scolaire et hors temps scolaire) dans le cadre d’ateliers de réalisation, de découverte des images animées,… et de classe image, propose des formations professionnelles, des stages informatique, vidéo et photo, des prestations graphiques, matérielles, projections plein-air,… Il possède depuis septembre 2009 un centre de ressources destiné au tout public mais également aux enseignants, animateurs,… Il est également le partenaire des deux options cinéma audiovisuelle des lycées de Sainte Livrade sur Lot et Aiguillon.
C’est L’UTOPIE centre image qui gère L’UTOPIE cinéma, salle Art et Essai ayant les labels Jeune Public et Patrimoine et accueillant les dispositifs Ecoles et Cinéma, Collège au Cinéma et Lycéens au Cinéma. La manifestation phare de la structure est le FESTIVAL DU FILM cinéma d’ici et d’ailleurs, festival mettant en valeur la richesse locale en matière de communauté (près de 20 communautés recensées sur la commune qui compte 6200 habitants).
L’UTOPIE centre image est également coordinateur de la Fête du Cinéma d’Animation sur la région Aquitaine, coordonne pour l’association Ecrans 47 (regroupant les salles de proximité du Lot et Garonne) le dispositif Ciné-Mômes, la Fête du Cinéma d’Animation. »

Depuis combien de temps participez-vous à la Fête du cinéma d’animation ? Qu’est ce qui a motivé ce choix ?
« Dans le cadre des actions du centre image et de son action en direction du jeune public, notamment les actions de découverte des images animés déjà menées depuis de longues années, il semblait tout naturel de se rapprocher du cinéma d’animation. La structure participe à la Fête du Cinéma d’Animation depuis déjà 5 ans. La création du centre image a été un bon tremplin pour rentrer dans cette manifestation. »

Qu’est-ce qui vous a poussé à devenir coordinateur régional ? Quels sont les apports de cette mission par rapport à votre structure ?
« En tant que centre départemental de l’image, lorsque les décentralisations de l’organisation de la Fête se sont mises en place, il semblait tout naturel que L’UTOPIE cinéma se porte candidat pour être le relais au niveau départemental. De plus l’envie au sein de l’équipe était présente. En 2008, le centre image a élargit son action au niveau régional. La coordination permet entres autres de tisser des liens entre les structures participantes. Cela permet également la mutualisation de l’information, des intervenants,… C’est le rôle d’un centre image…
De façon plus fonctionnelle, cela devrait permettre d’être reconnu par les pouvoirs publics. Mais malheureusement le combat va être dur. »

Pour cette édition 2009, quelle est l’ampleur de cette manifestation dans votre région ?
« Après une année 2008 sans trop de réactivité de la part des salles des autres départements, 2009 semble être une réussite puisque 3 départements sur 5 participent cette année à la tournée du réalisateur Pierre-Luc Granjon. Le Lot et Garonne reste qu’en t-à lui le département qui se mobilise le plus au niveau des salles de cinéma. »

Quels sont vos projets, vos événements phares ?
« Pour 2009 c’est la venue de Pierre-Luc Granjon qui marquera l’édition avec une tournée dans 11 salles de 3 département de la région Aquitaine. Dans le Lot et Garonne c’est une action autour de Mia et le Migou qui fera l’ouverture des festivités le 19 septembre en présence de Loïc Burkhardt qui présentera son travail sonore autour du film sous forme d’atelier. »


A NOTER!
En avant-goût de la Fête, l’Association Ecrans 47 propose une journée animée autour du film Mia et le Migou en présence de Loïc Burkhardt, ingénieur du son sur ce film. Il proposera notamment un atelier autour de l'univers sonore de l'oeuvre.
Programme de la journée
"En direct de l'atelier"

Cette journée aura lieu le samedi 19 sept. à L’UTOPIE centre image de Sainte Livrade sur Lot. Pensez à réserver!

Contact : 05 53 01 36 66 - lutopie@lutopie.org - www.lutopie.org

vendredi 11 septembre 2009

Autour de la Fête, communiquons!

La Fête du cinéma d'animation repose sur une idée simple : promouvoir le film d’animation dans toute sa diversité, sous toutes ses formes.
Chaque année, le pari était lancé de mobiliser à travers la France des centaines de structures et de lieux pour développer sa diffusion auprès de tous les publics à travers de multiples rencontres avec les films et les créateurs.

Et pour faire connaître la Fête au plus grand nombre, divers canaux de communication sont utilisés: les cartes et affiches éditées par l'Afca ; les brochures et sites internet réalisés par les coordinations régionales, les lieux et les partenaires... et tout un travail auprès des organes de presse régionaux et nationaux.

Contact attachée de presse: Géraldine Cance, 06 60 13 11 00 - geraldine.cance@noos.fr

Vous pouvez télécharger ci-dessous le communiqué et le dossier de presse de la 8e Fête du cinéma d'animation.
A noter: la liste des événements indiquée dans le dossier de presse n'est pas exhaustive. Le programme complet (par région, avec le détail des films et infos pratiques) sera publié prochainement sur le site de l'Afca et sur ce blog.
Vous pourrez ainsi prendre la pleine mesure de la dimension de la Fête et faire découvrir au plus près tous les événements de cette 8e édition !

- Communiqué de presse
- Dossier de presse
- Visuel de la 8e édition avec logos partenaires / sans logo





mardi 8 septembre 2009

La Fête en images…et en musique !


Le ciné-concert « Bobines mélodies »


Cette année, l’ Association à la Recherche d’un Folklore Imaginaire (ARFI) s’associe à l’Afca pour cette 8e édition de la Fête du cinéma d’animation. De ce partenariat résulte une tournée de quatre dates en France débutant dans les Vosges le 20 octobre, et se terminant à Paris pour la journée mondiale du cinéma d’animation, le 28 octobre, en passant par la Drôme (le 22) et les Ardennes (le 24).

Mais « Bobines mélodies » c’est quoi ?

« L’Arfi et Folimage s’associent dans leurs folklores imaginés.
Pour coller aux bobines animées des musiques imagées.
Les joueurs réalisent en scène les rêves sonores des héros du ciné.
Traits mobiles, couleurs mouvantes, modèle de pâte à modeler,
Objets de récup pour percu d’objets,
Uppercut du point, Hyper cut dans le son,
Les toon-toon de la mélodie se multiplient
En mille et une pistes de cirque sous les étoiles du 7ème Art.
Venez rire et pleurer dans nos dessins animés. »
Alfred Spirli

Le spectacle Bobines mélodies tourne en France et à l’étranger depuis 2006, afin de faire découvrir à un public toujours plus large, une dizaine de films courts du studio Folimage, dont certains inédits, sur la musique de L’Effet Vapeur. Ce trio d’artistes, composé de Xavier Garçia (sampler, traitements), Jean-Paul Autin (saxophones, clarinette basse) et Alfred Spirli (batterie, percussions), s’est illustré depuis sa création en 1994 dans de nombreux festivals musicaux internationaux.
Au court des ciné-concerts Bobines mélodies, l’Effet Vapeur fabrique en direct ses fictions musicales, à partir de compositions originales et d’un jeu très collectif. Dans une atmosphère quasi surréaliste, le groupe propose un voyage imagé dans un univers musical éclectique, mais toujours poétique.
En voici un petit extrait vidéo :



video

vendredi 4 septembre 2009

Folimage dans le magazine Bref


Le Studio Folimage est à l’honneur de cette 8e Fête du cinéma d’animation. A cette occasion, et aussi parce que le Studio vient d’emménager à la Cartoucherie, le magazine Bref publié par l’Agence du court métrage propose dans son dernier numéro un dossier sur Folimage.
Et pour compléter l’article, ne manquez pas de visionner une vidéo tournée au cœur de la Cartoucherie par Fabrice Marquat disponible sur le site du magazine.

Lien direct sur www.brefmagazine.com

Un blog pour la Fête du cinéma d’animation

Vous connaissez le site de l’Afca… ? Découvrez à présent le blog officiel spécialement dédié à la Fête du cinéma d’animation.
Ancré dans l’actualité, cet outil de communication a pour vocation de vous faire vivre l’événement au jour le jour.
Régulièrement jusqu’au début de la Fête, les animateurs du blog vous révèleront les petits secrets de préparation de la manifestation : les projets en cours, la création du visuel, mais également les coups de cœur de l’équipe.
Du 16 au 31 oct., le blog nous plongera au cœur de la Fête avec la publication des programmes par région et par jour, ainsi que des photos, vidéos et commentaires sur les séances qui auront eu lieu.

La Fête du cinéma d’animation en bref

La Fête du cinéma d’animation est l’occasion pour un grand nombre de spectateurs de tous âges de parcourir, peut être même de découvrir, des lieux culturels (cinémas, médiathèques, centres culturels, associations…) qui défendent cet art aux multiples facettes qu’est le cinéma d’animation.
Des centaines de programmateurs proposent pour l’événement des manifestations originales et très diversifiées : rencontres avec des professionnels, démonstrations de savoir-faire, projection de courts et longs métrages, ciné-goûters… L’idée est de renforcer la visibilité du travail local fait au quotidien par chacun des lieux, faciliter la circulation des œuvres et de leurs auteurs.
Des opérations sont également proposées dans une quarantaine de pays à travers le monde autour du 28 oct. officiellement, Journée mondiale du cinéma d’animation.